Il faut repeupler
la France
en abeilles

UN CONSTAT ALARMANT

Le monde apicole est plus que jamais en difficulté. Les apiculteurs doivent affronter chaque année des pertes plus importantes, leurs abeilles meurent sans même qu'ils puissent lutter.
Les raisons de cette hécatombe sont aussi multiples qu'inquiétantes : les maladies et prédateurs sont nombreux (le parasite varroa, les virus, champignons et bactéries) et leur environnement est de plus en plus perturbé (pesticides, aménagement urbain, diminution de la bioversité, nouveaux prédateurs).

Des chercheurs allemands sont parvenus à chiffrer l'impact de ces évolutions sur la bioversité : en 30 ans, plus de 75 % des insectes volants, dont font partie les abeilles, ont disparu en Europe

Selon l'université de Reading au Royaume Uni, l'Europe continentale manque de 13,4 millions de ruches pour polliniser les cultures. L'étude, publiée en 2014, a synthétisé les travaux d'une équipe de chercheurs de différents pays, avec notamment l'appui en France de l'INRA.

L'abeille mellifère est décisive dans le processus de pollinisation : l'agence de l'ONU IPBES indique que 35% de notre alimentation dépend de l'action des insectes pollinisateurs. Sans eux, nous ne pourrions plus consommer beaucoup de nos fruits et légumes, comme la vanille, l'avocat, les carottes, les pommes, ou encore les courgettes et concombres.

Et comme si cela ne suffisait pas, la France ne parvient plus à produire tout le miel qu'elle consomme. Elle est contrainte d'importer des miels, venant du monde entier. Or certains miels étrangers se sont avérés plus que douteux, comme en témoigne une étude de l'UFC-Que choisir. En 2014, elle a montré que sur 20 miels « premier prix » achetés dans diverses enseignes de la grande distribution, six présentaient des ajouts de sucre (adultération), soit presque un tiers des produits. En 2015, l'Union Européenne a publié une étude révélant que sur 1200 miels d'importation, plus de 30% présentait un caractère frauduleux !

NOTRE COMBAT

Chez Bleu Blanc Ruche, nous n'avons pas pu rester les bras ballants face à une telle situation. Nous avons décidé d'agir , en combattant ces mauvaises pratiques, en défendant les apiculteurs français et en organisant la solidarité directe entre le consommateyr et l'apiculteur, pour contribuer au repeuplement des abeilles dans notre pays.

Les miels de repeuplement Bleu Blanc Ruche sont des miels qui contribuent à accroître le nombre d'abeilles sur le territoire français.

Comment cela fonctionne-t-il ? L'idée est simple : la marque s'engage à acheter leurs miels à des apiculteurs français à un prix supérieur aux cours, en échange de quoi ceux-ci s'engagent à investir dans leurs fermes pour accroître le nombre de leurs ruches.

Ainsi, chaque consommateur, en achetant le miel Bleu Blanc Ruche contribuera personnellement à augmenter la population d'abeilles et les ruchers français se repeupleront progressivement au fil des années.

Comment sommes-nous certains que les apiculteurs augmenteront leur cheptel d'abeilles ?

Les apiculteurs partenaires s'engagent par contrat avec Bleu Blanc Ruche à tenir cet engagement. La marque s'engage quant à elle à un partenariat durable avec eux, afin de leur assurer un débouché et une stabilité sur le long terme. Qui plus est, les apiculteurs sont heureux de le faire !

Comment pourrez-vous le vérifier ?

Les apiculteurs, professionnels comme amateurs, doivent chaque années déclarer le nombre de leurs ruches auprès du Ministère de l'agriculture. Nos partenaires nous feront part de leur déclaration, et nous publierons un compteur sur ce site afin que chacun puisse constater l'évolution du nombre d'abeilles liées à la consommation de miels Bleu Blanc Ruche.

La Société d'Élevage et de Repeuplement des Abeilles de France, qui a créé Bleu Blanc Ruche, a également créé une école, l'École des Hautes Études Apicoles (EHEA, située à Dijon), visant à former des professionnels d'élite , des apiculteurs émérites formés aux méthodes de pointe. Ces nouveaux apiculteurs seront les nouvelles sentinelles du repeuplement apicole français. L'objectif de l'école est d'assurer à des personnes en reconversion professionnelle uen formation d'excellence leur permettant d'établir des fermes apicoles de haut niveau, soutenant ainsi la filière apicole et la demande nationale en miel. Ces jeunes apiculteurs pourront ensuite, s'ils le souhaitent, vendre du miel à Bleu Blanc Ruche.

Bleu Blanc Ruche tient également à faire découvrir les miels de nos terroirs dans toute leurs diversité. Il n'existe pas un miel, mais des miels, présentant des goûts et des saveurs très variées. Printemps, lavande, acacia, châtaignier sont probablement les plus connus, mais il en existe beaucoup d'autres comme la callune, l'arbousier, la ronce, ou encore la bruyère. Chaque miel est le reflet de la flore de la région où il a été récolté.

PRISE DE CONSCIENCE

C'est dans ce contexte alarmant qu'Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'économie et du redressement productif, a décidé de créer Bleu Blanc Ruche, une marque de miel offrant des miels de repeuplement 100% Made in France.

En rencontrant , dix ans plus tôt, un apiculteur de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg avait pris conscience des problèmes apicoles, et des difficultés nouvelles auxquelles les apiculteurs devaient déjà faire face. Inquiété par les taux de mortalité dans les ruchers, l'ancien ministre s'y est intéressé chaque jour un peu plus, jusqu'à ce que cela devienne un engagement politique puis entrepreneurial.
Dès 2010, dans « Des idées et des Rêves », paru chez Flammarion, il alerte. Il dédie un chapitre à la disparition des abeilles.

Après avoir choisi de se retirer de la vie politique, il consacre son nouveau projet entrepreneurial à cette cause si chère, en lançant la marque Bleu Blanc Ruche.