2020 : le confinement serait-il bénéfique aux abeilles?

De nombreux articles sont parus au cours des derniers jours, évoquant le retour des abeilles dans nos villes et campagnes. Selon leurs auteurs, les récoltes de miel seraient extraordinaires. Pourquoi de telles miellées ? Pourquoi des apiculteurs si enthousiastes ? Le repeuplement porterait-il déjà ses fruits ? 

Il est vrai que les premières récoltes semblent prometteuses dans bien des régions de France. A cette heure, les pissenlits, colza et autres fleurs des champs ont commencé à offrir leur nectar aux abeilles, et les butineuses s’en donnent à cœur joie.  

Le miel de printemps semble plutôt en quantité dans les ruches, et cela, c’est une excellente nouvelle pour tous les amateurs de miel, car ce miel est celui que l’on aime tartiner sur son pain le matin, que les enfants dévorent à la cuillère, et que nous utilisons pour cuisiner en général ! 

Donc cette année, la récolte s’annonce excellente ? 

Chez Bleu Blanc Ruche, vous l'aurez compris, nous en sommes ravis, mais nous restons prudents.

Pourquoi ?  

  • Tout d’abord parce que nous travaillons avec des apiculteurs dans toute la France. Aussi, nous prêtons attention à ce qu’il se passe dans chaque recoin du territoire, car une belle récolte en Limousin ne signifie pas qu’elle soit bonne en Bourgogne ou en Provence. 
  • Ensuite, parce que la saison ne fait que commencer ! Nous croisons tous les doigts pour que le miel d’acacia soit au rendez-vous, car c’est l’un de vos préférés. Mais la miellée est aussi courte que la floraison de cet arbre. Il s’agit donc d’une production délicate que nos apiculteurs suivent avec autant d’impatience que d’anxiété ! 
  • Enfin, parce que la précocité des floraisons et les températures très hautes constatées au printemps n’augurent rien de bon pour les fleurs de l’été, comme le tournesol ou la lavande. En effet, en période de sécheresse, les fleurs manquent d’humidité, donc elles produisent moins de nectar. Les abeilles manquent alors de nourriture, et le miel se fait rare… 

On dit que le confinement fait sortir les abeilles, c’est vrai ? 

Il semblerait que le confinement fasse sortir les animaux sauvages de leur réserve, en effet. Mais les apiculteurs-partenaires que nous avons interrogé doutent que la diminution des promeneurs, des touristes et de la circulation, explique ce phénomène. 

Y'aurait-il eu moins de pesticides, ce qui expliquerait la bonne santé des abeilles?  

  • Nous ne le pensons pas. Cette crise sanitaire oblige tous les états à rechercher une grand autonomie alimentaire.

  • Nos agriculteurs ont dû travailler ardemment dans leurs champs pour nous assurer de quoi manger. 

  • Et s’ils sont de plus en plus à se convertir au bio, ils sont encore très nombreux à utiliser des pesticides. Les champs ont donc bel et bien été traités. 

  • Certains évoquent l’impact positif de la diminution des chemtrails (traînées laissées par les avions), mais à ce stade, aucun lien n’a jamais été établi entre ce phénomène et les abeilles.

 

Mais alors ? Que se passe-t-il pour nos abeilles ? 

  • Globalement, on peut penser que beaucoup de haies, de bordures et de bosquets ont été laissés à l’abandon, laissant alors la place à des ronces et fleurs sauvages qui font le régal de nos apidés. Ces barrières fleuries leur permettent également de se cacher des prédateurs

  • L'hivernage des colonies semble s'être mieux passé que l'an dernier, avec des mortalités moins élevées que les années précédentes (bien que cette information reste à vérifier à l'échelle nationale). En cause, le varroa destructor est l'un des principaux facteurs de mortalité des abeilles. Or, cette année, il aurait été mis à mal par les chaleurs estivales de 2019 (en effet, au dessus de 40°C, les acariens meurent). 

  • Mais c’est d’abord à la météo que nous devons ce très beau début de saison. Les floraisons ont été importantes cette année, grâce à des conditions météorologiques très favorables (humidité automnale et hivernale, absence de gel et douceur printanière, soleil, pas encore de sécheresse, et vent). Carte d'ensoleillement - mars et avril 2020