Hiver trop doux: les abeilles croient au printemps

L'hiver 2019 / 2020 a été le plus doux jamais enregistré en France avec une hausse moyenne des températures de +2,7°C. Une situation alarmante sur le plan environnemental et notamment pour les abeilles, qui mettent fin à leur hivernage beaucoup trop tôt et qui se retrouvent en danger. Explications.
 
Un hiver trop doux donne le signal aux abeilles de l'arrivée des beaux jours et de la fin de l'hivernage. Cependant les conséquences sont nombreuses lorsque ce signal arrive alors même que l'hiver n'est pas encore terminé :
  • Fin de l'hivernage prématurément, réveil des abeilles
  • La reine commence la ponte avant la date prévue, ce qui multiplie les abeilles dans la ruche et risque de déclencher une famine car il n'y a pas assez d'abeilles pour nourrir les larves et pas assez de plantes mellifères en floraison pour se nourrir 
  • Les apiculteurs s’inquiètent également de la floraison prématurée et d’éventuelles gelées au mois de mars. Ces conditions climatiques pourraient être la cause de perte de production de certaines fleurs fragiles, ce qui pourrait conduire à la perte de miel de ces fleurs et une obligation de nourrir les abeilles au printemps
  • Un allongement de saison pourrait être la source de multiplication excessive de parasites. En effet, les parasites ont un cycle de reproduction bien plus rapide que celui des abeilles, elles atteignent les larves et les jeunes nymphes et mettent les colonies en danger
Pour rappel, une année normale, on ouvre les ruches début mars. C’est à ce moment-là que les apiculteurs font le bilan de l’hiver. Cette année certains apiculteurs (en fonction des régions) ont ouverts leurs ruches 2 semaines avant les dates habituelles.
Après une année 2019 très compliquée, l'année apicole 2020 ne débute pas dans les meilleures conditions.